Le grade de Judo, Jujitsu symbolise les valeurs de l'esprit et du corps: SHIN - GHI - TAI (esprit, technique, efficacité)

Les différents grades de Judo-Jujitsu forment un ensemble dans la progression des connaissances en Judo-Jujitsu. Les valeurs morales, la maîtrise technique et la participation aux épreuves sportives sont l’aboutissement normal de l’enseignement et de l’exemple dispensé, de l’étude technique et de l’entraînement. (SHIN - GHI - TAI)

Principes d'attribution des grades

Le grade de Judo, Jujitsu symbolise les valeurs de l’esprit et du corps : SHIN-GHI-TAI (esprit, technique, efficacité).

La partie sportive "TAÏ" est une condition absolument indispensable en particulier du premier au quatrième DAN inclus - mais qui ne se suffit pas à elle-même : d’autres valeurs essentielles doivent toujours entrer en ligne de compte.

Le sport, on l’oublie trop souvent, est un jeu, c’est-à-dire une source de joie et d’émulation, une forme d’éducation, c’est-à-dire un apport et un enrichissement, enfin une ascèse, c’est-à-dire une ligne de conduite : être libre, c’est respecter la discipline que l’on s’est fixée.

Par conséquent et plus encore que pour toute autre manifestation de Judo, Jujitsu, un examen de passage de grade doit se signaler, chez tous les participants, par la volonté jamais démentie d’avoir une tenue exemplaire, à tous les points de vue, à tous les instants.

Si cette préoccupation constante de se comporter de façon irréprochable venait, si peu que ce soit, à faire défaut, cela prouverait que le judoka n’est pas digne de se présenter : s’il est examinateur, qu’il n’est pas digne de faire subir l’examen : s’il est enseignant, qu’il n’est pas digne d’enseigner : s’il est dirigeant, qu’il n’est pas digne de ses responsabilités administratives.

Le respect de ce que l’on fait est la condition première et la première garantie de la valeur de nos actes.

Des délais de présentation sont imposés entre les passages de grades successifs.

Les candidats - et leurs enseignants - doivent se rappeler que ces délais correspondent non pas à du temps mort, inemployé, mais au temps minimum de maturation indispensable, qui doit être effectivement consacré à l’entraînement et permettre ainsi de progresser dans l’étude du Judo-Jujitsu : un an de pratique c’est au moins une centaine de séances intenses sur le tapis : pour cette raison, un âge et un temps minimum sont fixés pour l’accession aux différents grades.

Jigoro KANO, fondateur du Judo-Jujitsu, avait défini les principes du Judo-Jujitsu par deux maximes :

- SEYRYOKU-ZENYO (utilisation optimum de l’énergie)
- JITA KYOE (entraide et prospérité mutuelle).